Les protéines

Découvertes en 1839 par le chimiste néerlandaise Gerhard Mulder, les protéines sont des macromolécules organiques contenant de l’azote.

Les protéines ( du grec prôtos : « de première importance » ) sont formées d’une ou de plusieurs chaînes polypeptidiques. Ces chaines sont constituées d’acides aminés reliés par des liaisons peptidiques. Les protéines décomposées en acides aminés sont des éléments plastiques qui fondent les cellules vivantes. Elles peuvent servir d’hormones, d’enzymes, de tissus structurels et de molécules de transport.

Les acides aminés sont des matériaux qui vont servir à la construction ou la reconstruction de l’édifice organique. On en compte autant qu’il y a de lettres dans l’alphabet, et quelque-uns sont plus fréquemment utilisés que d’autres comme les voyelles par rapport aux consonnes. Les acides aminés sont isolés par la digestion, stockés au foie et regroupés pour faire de nouvelles cellules spécifiques : cutanée, osseuse, musculaire…

quelle quantité pour l’Homme ?

Les recommandations officielles de l’OMS sont d’environ 10% de protéines.

Il est important de savoir choisir les aliments les plus complets, ou de varier les sources pour plus de fiabilité, afin d’éviter des carences en acide aminés essentiels. Cependant, l’erreur nutritionnelle porte plus souvent sur un apport trop important que sur une mauvaise qualité des aliments absorbés.

Pour l’Homme, qui est anatomiquement un animal frugivore, l’abus d’aliment protéinés vient perturber son organisme, ses humeurs ( qui représentent les liquides du corps )  et provoque une suractivité des reins.

L’exemple du lait maternel

lait maternelC’est essentiellement lors du développement de l’enfant que les demandes en protéines sont les plus importantes. Le lait maternel contient environ 6% de protéines, nul besoin de chercher à en consommer plus une fois adulte, 10% étant le maximum conseillé, ce pourcentage a été défini pour s’assurer qu’on en consomme suffisamment.

Les sources de protéines

Protéines animales et végétales

Il faut savoir que les végétaux à feuilles vertes contiennent des protéines avec des concentrations en moyenne assez similaires à nos besoins (environ 6%). Ceci étant dit,  un apport protéique plus concentré peut se faire par plusieurs biais :

  • De source animale : lait et ses dérivés, viandes, poissons, crustacés.
  • De source végétale : légumineuses, céréales, oléagineux.

Les protéines contenues dans les végétaux sont censées être de moins bonne qualité, or il n’en est rien. Bon nombre de recherches  démontrent que les protéines d’origine végétale  sont en réalité les meilleures pour notre corps. (à ce sujet voir l’article « Les protéines animales nourrissent le cancer » concernant l’enquête Campbell)

 

 

——————————————–

Source :

« L’enquête Campbell » de T Colin Campbell & Thomas M. Campbell

« Livret les reins » du biologiste PV Marchesseau

Source Image :

https://www.pexels.com/photo/pregnancy-pregnant-motherboard-parenthoof-57529/

https://www.pexels.com/photo/food-dinner-lunch-chicken-3688/

https://www.pexels.com/photo/food-dinner-steak-fork-7592/